Usbek évolue au fil des lettres mais reste attaché à son sérail par le lien épistolaire et ne … C’est aux arguments d’un véritable économiste que nous avons ici affaire. La question du gouvernement dans les Lettres persanes. Elle décide de mourir, à son tour, en s’empoisonnant. La Lettre XVII prépare une remise en cause progressive de la religion musulmane, et avec elle, de toutes les religions révélées. La seule possibilité pour échapper aux problèmes de l’arbitraire des religions, c’est d’adopter une religion dégagée des dogmes, des rituels, des cérémonies spécifiques, pour embrasser une religion universelle. Le religieux montre ainsi qu’il est inutile d’essayer d’imposer des opinions, des croyances ou même des rites qui ne correspondent pas aux convictions profondes d’un homme. On notera ici la finesse de l’analyse du Persan : la critique ne s’adresse pas aux Protestants, qui ont su adapter leur dogme aux intérêts de leur communauté : celle-ci est plus riche, plus puissante, plus équilibrée que celle des Catholiques. Quelques réflexions sur les Lettres persanes. Article sur la religion : pp. Montesquieu lance des attaques véritablement enragées contre l’intolérance : « ce n’est point la multiplicité des religions qui a produit ces guerres, c’est l’esprit d’intolérance (…), comme une éclipse entière de la raison humaine  (L .LXXXV, p.226). La seule légitimité qui vaille est celle de l’intérêt qu’elles peuvent avoir d’un point de vue pragmatique. (…) On s’est aperçu que le zèle pour les progrès de la religion est différent de l’attachement qu’on doit avoir pour elle ; et que, pour l’aimer et l’observer, il n’est pas nécessaire de haïr et de persécuter ceux qui ne l’observent pas »36. Le divorce étoit permis dans la religion païenne, et il fut défendu aux chrétiens. Pour convaincre son lectorat, Usbek, dans la Lettre LXXXV, montrel’intérêtqu’il peut y avoir à entretenir la multiplicité des religions. Il conclut : « Je vois partout le mahométisme, quoique je n’y trouve point Mahomet »42. Enfin il souligne que l'unité politique ne suppose nullement l'unité de foi contrairement à ce que pensait Louis XIV. Usbek évolue au fil des lettres mais reste attaché à son sérail par le lien épistolaire et ne … Montesquieu lettres persanes - critiques et place de la femme. L'oeuvre raconte le voyage à Paris de deux Persans, Usbek et Rica. SP - 93. On en voit le commencement, le progrès, la fin : les divers personnages sont placés dans une chaîne qui les lie. XLI (41) 1 er eunuque noir à Usbek Mort d’Ismaël, l’un des eunuques noirs. L’artisanat, le commerce, les finances, considéré comme les emplois de la société les plus pénibles, mais également  ceux qui contribuent le plus à l’enrichissement général du pays.Ensuite dans le domaine moral. Peter V. Conroy Jr.,Montesquieu revisited, Twayne Publishers, New York 1992. Citations "Lettres Persanes." Les Lettres persanes fournissent aussi des arguments en faveur de la tolérance dans une évocation à peine voilée de l’interdiction faite en 1685 aux huguenots français de pratiquer leur religion (édit de Fontainebleau révoquant l’édit de Nantes), à la suite de laquelle beaucoup s’exilèrent. Aujourd’hui, une telle conception ne nous paraît peut-être pas si audacieuse : Waddico remarque qu’aujourd’hui, l’on comprend souvent sous le vocable de christianisme la foi en la fraternité des hommes, en un dieu père créateur, au Christ comme exemple, plutôt que comme sauveur. Les doutes d’Usbek sur le sens des lois religieuses expriment un scepticisme qui conduira à l’idée que c’est un autre type de religion que celle vénérée jusqu’alors qu’il faudra concevoir pour qu’elle puisse être véritablement au service de l’Etat, et non le gêner. Dans la Lettre LXXVI, Usbek aborde la question du suicide, condamné par la religion chrétienne. Il faut souligner l’adresse de Montesquieu pour présenter cette thèse : ce n’est pas Usbek, directement, qui fait cette prière ; la pensée de Montesquieu est ici dissimulée derrière «un homme » dont on ne connaît ni l’identité ni la religion. Ressource élève. Charles Dédéyan,Montesquieu ou l’alibi persan, Editions Sedes, Paris 1988. Montesquieu se explique le propre même d’une religion est de distinguer le domaine temporel, ce qui relève du terrestre, donc du politique, du domaine spirituel, qui relève du céleste : la monarchie n’a donc rien à redouter de la tolérance religieuse. Article sur la religion (dans lesLettres Persanes) : pp.156-159. En même temps, cette stratégie permet de commencer à introduire l’idée d’une religion unique : Usbek manifeste une véritable foi en un avenir où la religion serait le reflet d’une communauté fraternelle : « Il viendra un jour où l’Eternel ne verra sur la terre que de vrai Croyants (…) ; tous les hommes seront étonnés de se voir sous le même étendard »44. Ce qui prime, ce n’est donc pas la religion en elle-même, mais les effets qu’elle peut produire dans la société. Les Catholiques n’ont jamais renoncé à rétablir l’unité religieuse du royaume. Les "Lettres persanes" est un roman épistolaire de Montesquieu rassemblant la correspondance fictive échangée entre deux voyageurs persans, Usbek et Rica, et leurs amis respectifs restés en Perse. V… C'est en Hollande que les Lettres persanes paraissent pour la première fois en 1721. 24Op. 7Montesquieu n’a pas insisté sur ce point ici, mais en général, ces indulgences étaient octroyées aux fidèles moyennant finance : la critique de la corruption de l’Eglise fera également l’objet d’une critique acerbe. La politique de colonisation religieuse est, à cette époque, particulièrement active. Quelques réflexions sur les Lettres persanes Rien n'a plu davantage, dans les Lettres persanes, que d'y trouver, sans y penser, une espèce de roman. Enfin il souligne que l'unité politique ne suppose nullement l'unité de foi contrairement à ce que pensait Louis XIV. La religion se voit donc reléguée au second rang, ce qui constitue une nouvelle attaque à l’égard de l’Eglise. L’artisanat, le commerce, les finances, considéré comme les emplois de la société les plus pénibles, mais également  ceux qui contribuent le plus à l’enrichissement général du pays. Lorsque Rica et Usbek s’attaquent aux dogmes, ce n’est pas tant pour défendre leur propre religion que pour montrer que l’obstination que l’on peut avoir à les défendre est bien souvent contraire à la raison et peut même conduire à menacer l’équilibre d’une société. Ainsi, les justifications religieuses des lois de l’Eglise ne sont pas convoquées pour évaluer leur légitimité, car les réponses qu’elle propose sont de caractère discutable. Jean Goldzink, La Politique dans les “Lettres persanes”, ouvrage hors-collection des Cahiers de Fontenay, Presses de l’École Normale Supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, 1988. Ils instituèrent des fêtes en l'honneur des dieux. Montesquieu fait également l’apologie de la tolérance. Tous d’abord dans la même lettre Il fait une métaphore entre le prosélytisme et une " maladie épidémique " et Montesquieu associe prosélytisme et intolérance. Malgré le fait  qu'elle n'existait plus en France, il l'évoque car l'intolérance existe toujours. Elle est signée par Roxane, favorite du sultan Usbek. Derrière cet exemple historique tiré de l’histoire de la Perse, se cache une critique de la politique mené e en France au moment où Montesquieu écritLes Lettres persanes. Lorsqu’il parle de ceux qu’on qualifie d’hérétiques, Rica fait allusion non seulement aux Jansénistes, mais également aux Protestants, qui sont l’autre cible de l’Etat. Les Jansénistes, fidèles au dogme catholique, qu’ils interprètent dans un sens extrêmement sévère et pessimiste, sont les ennemis jurés des Jésuites. Montesquieu cherche à apaiser les esprits : il rappelle en effet que si les critiques sont virulentes, il ne faut pas oublier qu’elles sont proférées par deux Persans qui témoignent naïvement de leur étonnement. Il explique que la présence de plusieurs religions dans une même nation a de nombreux avantages dans divers domaine tels que le domaine économique. Dans la lettre CXLIII, Rica se prononce en faveur du respect de la tradition superstitieuse, mais reconnaît l’inefficacité de ces pratiques : « Les hommes sont bien malheureux ! A ce sujet, Waddico écrit : « In Montesquieu’s time there was perhaps not so much physical violence in the name of religion, but the interminable disputes between Jansenists and Jesuits constituted an equally pernicious threat to public order »28. Montesquieu,Lettres persanes(1721), Editions 00h00 (Zéro heure), Paris 1998. Ce fut les prémices de la laïcité. Cependant, la politique religieuse de la France l’intéresse d’autant plus qu’elle est riche de critiques. Lettres persanes (Edition Intégrale ''Lettres 1 à 161'' - Version Entièrement Illustrée) - Montesquieu Descriptif : Les Lettres persanes est un roman épistolaire de Montesquieu rassemblant la correspondance fictive échangée entre deux voyageurs persans, … Il insiste en revanche sur l’intérêt de religions multiples: il se crée entre une concurrence à qui sera le meilleur entre les fidèles. Au 18e siècle, l’Orient et le goût des voyages sont à la mode. Par Ilyas Baktache  •  3 Avril 2016  •  Dissertation  •  1 434 Mots (6 Pages)  •  5 778 Vues, Exposé : la religion dans les lettres persanes. Montesquieu cherche seulement à se protéger de la censure dont il aurait pu être la proie, et ne nie pas la réflexion critique qui se dégage des nombreuses lettres. Montesquieu et ses Lettres persanes constituent un exemple parfait de ce combat entre l’homme de lettres et la censure politique et religieuse. Download PDF: Sorry, we are unable to provide the full text but you may find it at the following location(s): http://www.persee.fr/docAsPDF/... (external link) La superstition. JO - Eighteenth-Century Fiction. Texte utilisé publié par les Editions 00h00, Paris 1998. « Je ne sais pas », dit- il, « (…) s’il n’est pas bon que dans un Etat il y ait plusieurs religions »38. Selon Usbek, les progrès sont à la fois visibles entre le christianisme et les autres religions et au sein du christianisme, lui- même marqué par de multiples dissensions. Cette remarque ne peut excuser tous les opportunismes, mais elle peut expliquer certaines pratiques. The article analyzes "Lettres persanes," by Montesquieu. Everyday low prices on a huge range of new releases and classic fiction. Waddico note : « Although he does not use the word, Usbek is here proposing the doctrine of deism »47. Jean Marie Goulemot, "Vision du devenir historique et formes de la révolution dans les Lettres persanes," Dix-Huitième Siècle 21 (1989), pp. Lettres persanes : critique sociale julien et malo conculusion Montesquieu ne se contente pas de faire de la satire de la mode, mais aussi une satire du roi et des moeurs Francaises. Mais quel travail ? Cependant, les questions purement dogmatiques n’intéressent pas fondamentalement Montesquieu. > le pape « Ce magicien s’appelle le pape : tantôt il lui fait croire que trois ne sont qu’un ; que le pain qu’on mange n’est pas du pain, ou que le vin qu’on boit n’est pas du vin, et mille autres choses de cette espèce » ;« C′est une vieille idole qu′on encense par habitude » ; « Il se dit successeur d′un des premiers Chrétiens, qu′on appelle Saint Pierre, et c′est certainement une très riche succession : car il a des trésors immenses et un grand pays sous sa domination » > les évêques « Quand ils sont assemblés, ils font (..… Read Listen. - Publikation als eBook und Buch La réunion du frère et de la sœur, à la fin de l’anecdote, sous leur loisainte, montre que la seule religion qui vaille est celle du cœur et que, par conséquent, on ne peut jamais se convertir sincèrement à une religion qui diffère en tout point de celle qu’on a vénérée depuis l’enfance. Dans la tradition de la philosophie des Lumières, Montesquieu fait la louange de la tolérance car elle est le signe d’un respect moral des convictions d’autrui, et donc de sa liberté. 2 LP, Lettre I, 1er paragraphe : « Lorsque nous eûmes fait nos dévotions sur le tombeau de la Vierge qui a mis au monde douze prophètes, nous nous remîmes en chemin… ». Dans les grandes lignes, affirme Usbek, la religion chrétienne et la religion mahométane sont identiques : il assimile le baptême aux ablutions journalières, les jeûnes aux mortifications etc. Montesquieu lance des attaques véritablement enragées contre l’intolérance : « ce n’est point la multiplicité des religions qui a produit ces guerres, c’est l’esprit d’intolérance (…), comme une éclipse entière de la raison humaine  (L .LXXXV, p.226, ). La critique de la religion y tient une grande place. ». Montesquieu dénonce une hiérarchie certaine dans la société française du 18eme siècle : le pape possède un pouvoir important qui lui permet de manipuler le roi, qui lui-même manipule ses sujets. La religion semble néanmoins déconsidérée, dans la mesure où elle ne constitue plus qu’un support à l’accomplissement d’une société juste. A l’aide d’exemples empruntés à l’histoire des Perses, Usbek critique les persécutions dont sont victimes les Protestants en France. L’amour qu’on a pour. Les femmes du sérail sont les seuls personnages féminins du roman. Montesquieu et ses Lettres persanes constituent un exemple parfait de ce combat entre l’homme de lettres et la censure politique et religieuse. La France était alors une monarchie de droit divin, dont la religion d’Etat était le catholicisme. Montesquieu se explique le propre même d’une religion est de distinguer le domaine temporel, ce qui relève du terrestre, donc du politique, du domaine spirituel, qui relève du céleste : la monarchie n’a donc rien à redouter de la tolérance religieuse. Cela est illustré par une comparaison implicite entre protestants (« ceux qui vivent dans des religions tolérées ») et catholiques. En effet, Montesquieu tout comme Voltaire prônait l’identité religieuse comme étant personnelle et non publique. Rica le souligne : « Les livres sacrés de toutes les nations [sont] remplies de ces terreurs paniques ou surnaturelles »21. SOMMAIRE INTRODUCTION I. SATIRE SOCIALE DE L’INSTITUTION RELIGIEUSE, DES RELIGIEUX ET DES FIDELES A. Le succès ne se fait pas attendre et, même si l'ouvrage est publié anonymement, il permet rapidement à Montesquieu, alors magistrat, de devenir un écrivain reconnu. On trouve divers thèmes dans les Lettres persanes. La distinction entre le pur et l’impur semble arbitraire. Le pouvoir religieux, et plus généralement le pouvoir papal, sont donc fortement critiqués dans cette œuvre. Vår 2016 Le « regard étranger », dont Montesquieu donne ici un des premiers exemples éloquents, contribue ainsi à alimenter le relativisme culturel, qu’on devait voir ensuite illustré chez d’autres auteurs du XVIII siècle. Montesquieu fait l’apologie de la raison, contre l’égarement, mais pas contre la foi. Rappelons que Montesquieu est issu d’une famille catholique et fut marié à … Exposé : la religion dans les lettres persanes Introduction (217) Dans les Lettres persanes (1721), Montesquieu met en scène deux Persans venus découvrir la France ; ils échangent avec leurs amis restés en Perse des lettres dans lesquelles ils font part de leurs impressions et de leurs critiques sur les mœurs, la politique, la philosophie occidentale. Il est expliqué que les prêtres sont des personnes inutiles aux fidèles. 21-23. Le vœu de chasteté prononcé par les ecclésiastiques catholiques contribue lui aussi à la dépopulation : l’abstinence, qui est regardée par les Chrétiens comme une vertu, est moquée par Usbek : « (…) je ne les comprends pas, ne sachant ce que c’est qu’une vertu dont il ne résulte rien »40. A cela s’ajoute l’idée qu’en habituant les fidèles à obéir aux principes religieux», la monarchie ne pourra que en bénéficier, Uniquement disponible sur LaDissertation.com, Fiche Bac Français: Montesquieu Lettres Persanes Lettre 30: Comment peut-on être Persan ? Montesquieu aborde ce problème dans la Lettre LXXXV que nous étudions ci-après. Montesquieu à travers usbek affirme que « toutes les religions contiennent des préceptes utiles à la société », c’est-à-dire transmettent des valeurs morales. La religion est donc seconde, l’amour est la force qui la fait naître. Ainsi la tolérance religieuse favoriserait le maintien des valeurs morales, et même permettrait de corriger les « abus » de la religion dominante.Enfin Montesquieu aborde le domaine politique, Il explique que « quand toutes les sectes du monde viendraient s’y rassembler cela ne lui porterait aucun préjudice ». Une lecture comparative. Lettres persanes Article sur la religion : pp. On se fonde donc sur des aspects extérieurs, qui ne garantissent donc pas la ferveur de la foi ! C’est donc un tribunal de justice religieux qui condamne  les hérétiques et prône l’intolérance religieuse. Les philosophes de l’époque des Lumières ont pratiquement tous défendus cette position. Il dit : "il y a un autre magicien, plus fort que lui [le roi], qui n’est pas moins maître de son esprit qu’il l’est lui-même de celui des autres" Lettre 24. ... De la Grandeur des Romains et de leur decadence: avec la dissertation sur la politique des Romains dans la religion, Le dialogue de Sylla et d'Eucrate, Lysimaque, L'essai sur le gout, et les Lettres. Il a voulu rendre eunuque un esclave noir pour le remplacer, mais il s’est enfui. . Chah Soliman voulut obliger les Arméniens à quitter le royaume ou à se convertir au mahométisme, ce qui, selon Usbek, aurait ruiné l’artisanat et le commerce des Perses, qui était dans les mains des Arméniens, si la Providence n’avait pas évité ce désastre. ils flottent sans cesse entre de fausses espérances et des craintes ridicules ; et au lieu de s’appuyer sur la raison, ils se font des monstres qui les intimident, ou des fantômes qui les séduisent »20. by Lettres Persanes 22 janvier 2020 22 janvier 2020 Montesquieu donne de nombreux détails sur les moeurs persanes : Usbek et Rica utilisent dans chacune de leurs lettres le calendrier musulman et des termes propres à leur langue qui donnent l'authenticité de la couleur locale. LaConstitutiondésigne la bulleUnigenitus. Voir plus. elle ne doit pas s’apparenter à un esprit prosélyte, il doit être conçu pour lui- même : « On doit se défier de son zèle »37, avertit le religieux de la Lettre LXI. Suivis Des réflexions sur les divers génies du peuple Romain. En vous inscrivant, vous consentez à ce que les éditions Hatier traitent vos données à caractère personnel afin de vous permettre de bénéficier de ses communications liées à votre activité. Lettre 75 : Réflexions sur la religion (chrétienne et musulmane) : « Vérité dans un temps, erreur dans un autre. Pour l’Église chrétienne, le déisme s’apparentait à l’époque de Montesquieu à une forme d’athéisme, dans la mesure où depuis le péché originel, le dogme insiste sur l’idée que seule l’intercession du Christ permet d’être sauvé. Toute l’habileté de Montesquieu sera de montrer que la foi peut servir la raison. 21Ibid., § 11. Dans la Lettre XLIX, Rica rapporte un entretien qu’il a eu avec un Capucin qui sollicitait l’obtention d’une « petite habitation »31en Perse pour son ordre. L’amour est la base de cette religion : « Dans quelque religion qu’on vive, l’observation des lois, l’amour pour les hommes, la pitié envers les parents, sont toujours les premiers actes de religion »45. Lettres persanes by Charles-Louis de Secondat baron de La Brède et de Montesquieu, unknown edition, ... Lettres persanes: édition revue et annotée d'après les manuscrits du Chateau de la Brède 1913, Lib. CRITIQUE DE LA POLIQUE RELIGIEUSE A. DENONCIATION ET CONDAMNATION DE L’INTOLERANCE ET DU PROSELYTISME B. L’APOLOGIE DE LA TOLERANCE III. Les disputes entre Jansénistes et Jésuites menaçaient l’ordre dans l’Etat : même si la violence n’était que verbale, les dissensions étaient perceptibles. L’ironie est à sa comble dans la Lettre XLI, où c’est un ecclésiastique, lucide quant aux problèmes de politique religieuse, qui souligne l’absurdité du prosélytisme : « C’est aussi ridicule que si on voyait des Européens travailler, en faveur de la nature humaine, à blanchir le visage des Africains »33. Jean Marie Goulemot, “Vision du devenir historique et formes de la révolution dans les Lettres persanes… Si Usbek continue d’avoir une attitude déférente envers sa religion dans cette lettre, il n’en reste pas moins que la raison est reconnue comme seule légitime face à la révélation, ici éclipsée. La prohibition du divorce s’oppose donc aux intérêts de la société : en interdisant le divorce et, par là, le remariage, on limite les naissances, et donc le renouveau des forces d’un royaume. Il faut dire que l'auteur se cache derrière le masque de la fiction et fait croire à son lecteur que ce sont là des lettres réelles de deux Persans qu'il expose. 30Ce n’est qu’en 1787 qu’un édit de Tolérance sera proclamé par Louis XVI afin que les Protestants soient rétablis dans tous leurs droits : état civil, liberté de culte, droit d’exercer la profession de leur choix et de se marier. La mode a toujours existé. CRITIQUE DE LA HIERARCHIE B. Les lettres persanes est un roman épistolaire de Montesquieu publié en 1721. Rousseau, dans laProfession de Foi du Vicaire savoyard, pose la raison comme seule autorité de la religion. Dans L'Esprit des Lois, bien sûr, où il cherche dans toutes les civilisations les fondements des institutions humaines. Kristin Skeimo Berge & Sara Helena Bråthen . On voit donc comment Montesquieu privilégie l’aspectpratique. Comme l’intolérance, le dogmatisme des religions est aussi dangereux, car il peut détruire la cohésion sociale. 93–111. Musulman il est et restera, faisant coexister, comme son Créateur, le respect extérieur et l’affranchissement. C’est la Lettre LXXXV qui dénonce avec le plus de véhémence cette politique. ... End page 133, Page count 12. Car, lorsqu’une telle instance est en place, elle n’est fondée sur aucun principe rationnel, mais est arbitraire. cit., p. 45. Usbek regrette l’absence de constance de certains, qui croient à Dieu lorsque cela les arrange : « Ce n’est pas qu’ils se soient déterminés par raison, et qu’ils aient pris la peine d’examiner la vérité ou la fausseté de cette religion qu’ils rejettent (…). MOSCHETTO, BRUNO-FRANÇOIS. Comme toujours lors de ses débuts littéraires, il place son récit ailleurs dans le temps et dans l’espace. A défaut d’arguments, Méhémet-Hali se contente de se moquer de la condition laïque d’Usbek41. Montesquieu veut nous faire comprendre que les fidèles sont pieux et religieux non par foi mais par soumission. D’abord, un thème général orientaliste qui comprend des Apologues ou contes ; la vie dans le sérail ; la religion musulmane (ou mahométane) sous ses deux formes, sunnisme et chiisme ; la politique, c’est-à … Liste des sections: - 1. On note la formulation prudente par la double négation, la litote rendant, en définitive, plus forte l’affirmation. Jeanne et Michel Charpentier,Montesquieu - Lettres Persanes, Editions Nathan, Paris 1993.En langue anglaise : Waddico,Montesquieu - Lettres Persanes, Edward Arnold Edition, London 1977. Montesquieu explique aussi que les fidèles sont pieux seulement par soumission et par peur et non par conviction comme le montre le champ lexicale de l’enfer dans la lettre 125 : enfer, épouvante, méchants, peines, menace. Cependant, c’est bien la thèse défendue ici : le déisme est une religion universelle, qui reconnaît certes un Dieu personnel, mais qui ne dicte aucun dogme, aucune liturgie. En tant que philosophe éclairé, Mon-tesquieu cherche à défendre des idéaux politiques, religieux, sociaux et moraux qu’il regrette de ne pas retrouver dans la … On trouve également cette idée dans la Lettre LXVII, au cœur de l’« Histoire d’Aphéridon et d’Astarté » : le conte souligne qu’il est vain de se convertir à une religion qui n’a point de lien avec sa foi originelle. 26LP, Lettre XXIV, § 8. Mais les religions elles- mêmes génèrent souvent des superstitions. Montesquieu met en scène deux Persans venus découvrir la France ; ils échangent avec leurs amis restés en Perse des lettres dans lesquelles ils font part de leurs impressions et de leurs critiques sur les mœurs, la politique, la philosophie occidentale. Finalement, on a l’impression que la religion, qui devrait être pour tous la garante de la moralité, est en fait le théâtre d’une hypocrisie innommable. L’absolutisme d’un roi devenu dévot sous l’influence des Jésuites, et plus particulièrement de son confesseur le père Lachaise, conduit à une politique d’intolérancelégale. Visualiser la ressource Télécharger la ressource Ajouter aux favoris. - Es dauert nur 5 Minuten Jean Marie Goulemot, “Vision du devenir historique et formes de la révolution dans les Lettres persanes… 41 Ibid., Lettre XVIII, § 2 : « Malheureux, qui, toujours embarrassés des choses de la Terre, n’avez jamais regardé d’un œil fixe celles du Ciel, et qui révérez la condition des mollaks, sans oser ni l’embrasser, ni la suivre ! Le Chah Soliman, qui régna de 1666 à 1694, représente Louis XIV, et les « ministres » qui l’ influencent sont Louvois et Noailles, tandis que Chah Abas, qui, selon Usbek, « aurait mieux aimé se faire couper les deux bras que de signer un ordre pareil »35, symbolise le bon roi Henri IV, qui avait permis, avec la proclamation de l’édit de Nantes, en 1598, de donner aux Protestants la liberté de culte. Déjà, l’ironie contenue dans les propos rapportés par Rica suffit aussi à les condamner. Tout d’abord, le prosélytisme est la conséquence d’un raisonnement absurde, comme le montre Usbek dans la Lettre LXXXV : « Celui qui veut me faire changer de religion ne le fait sans doute que parce qu’il ne changerait pas la sienne, quand on voudrait l’y forcer : il trouve donc étrange que je ne fasse pas une chose qu’il ne ferait pas lui-même peut-être pour l’empire du monde »32. Jean Goldzink,C.L. Les lettres qu'échangent les Persans plongent le lecteur dans la réalité orientale. Montesquieu est habile à toujours rappeler au lecteur que ce n’est pas lui l’auteur de ces lettres, mais bien des Persans : ainsi, l’utilisation du mot « dervis » pour désigner les religieux souligne l’appartenance de Rica à la religion mahométane. JF - Eighteenth-Century Fiction. Menée en grande partie par le protagoniste Usbek, elle conduit à faire l’apologie de la tolérance dans son aspect utilitariste et à inviter à pratiquer une religion débarrassée des dogmes : le déisme ; qui était en vogue à l’époque où lesLettres persanesfurent écrites. A ce sujet, Waddico remarque : « Montesquieu nowhere suggests that religion should be abolished (…). Christopher Betts,Montesquieu- Lettres Persanes, Grant & Cutler Ltd, London 1994.En allemand : Klaus Jürgen Bremer,Montesquieus Lettres Persanes und Cadalsos Cardas marruecas : Eine Gegenüberstellung von zwei pseudo-orientalischen Briefsatiren, Carl Winter Universitätsverlag, Heidelberg, 1971. C'est le lieu où sont gardées les nombreuses femmes d'Usbek. - Jede Arbeit findet Leser. Tous d’abord dans la même lettre Il fait une métaphore entre le prosélytisme et une " maladie épidémique " et Montesquieu associe prosélytisme et intolérance. Often underestimated but today unanimously admired, his “kind of novel” is the subject of twelve new critical readings by specialists of both the author and the eighteenth-century novel. Les questions politiques constituent le centre de toute l'oeuvre de Montesquieu. Lettres persanes, Les Troglodytes (Lettre 12) Exposé type bac. Religion ⭐️ ... mais, laissés à eux-mêmes, privés des saintes merveilles, ils suivent dans le silence les traces de la raison humaine." Le Dieu de Jésus-Christ est supplanté par celui des philosophes. Les Lettres persanes est un roman épistolaire de Montesquieu rassemblant la correspondance fictive échangée entre deux voyageurs persans, Usbek et Rica, et leurs amis respectifs restés en Perse. La lettre 161 est la dernière lettre des Lettres persanes, roman épistolaire écrit par Montesquieu au XVIIIème siècle. Lettres persanes - Ebook written by Charles de Secondat baron de Montesquieu. Malgré l’approche imminente de… En tant que philosophe éclairé, Mon-tesquieu cherche à défendre des idéaux politiques, religieux, sociaux et moraux qu’il regrette de ne pas retrouver dans la … Dans la Lettre XXIX, Rica souligne l’artificialité de la distinction entre hérétiques et orthodoxes. Cependant, les Jansénistes se gardent bien de manifester trop ouvertement leur dissidence, craignant d’être accusés d’hérésie. Présentation - 2.