Le retard s'élève désormais à 2 tours pour les Bleus. Le Français a pris le relais de son équipier Bruno Senna, qui a perdu de précieuses minutes au stand suite à un souci technique. Les mécaniciens changent le capot moteur. ?#LeMans24 #WEC @24hoursoflemans @eurasiaracing pic.twitter.com/xdtfdzgkud. Lire aussi : Qualifs - Kobayashi prend rendez-vous avec l'hyperpole - Motorsport.com, vidéos de 24 Heures du Mans Alex Lynn a passé le baquet à Maxime Martin. Nobuya Yamanaka (Ligier Eurasia #35) effectue sa deuxième sortie de route du jour, échouant cette fois dans le bac à gravier de l'angle droit. Heureusement, on n’a pas perdu trop de temps, mais c’était avant le coup dur de la colonne de direction. Une slow zone est maintenue dans les Hunaudières où Tristan Gommendy a connu sa sortie de route. Et évidemment, l’évènement de la dernière heure, ce sont les déboires de la Toyota #7. Il devance son équipier Mike Conway (3:39.3). Instant Bill Murray. Qualifications et hyperpole : comment ça marche ? Qui remportera le duel des consultants Sky ? Ce prototype hybride a remporté la classique ces trois dernières années. Les relais s'annoncent chauds pour celle qui courre désespérément depuis deux ans après la victoire dans ces 24h du Mans. La voiture de sécurité est toujours en piste. La principale bagarre concerne désormais la victoire en LMP2 entre Philip Hanson et ANthony Davidson. Derrière, les Rebellion sont désormais à un tour. Le "Dane train" (#95), actuellement pilotée par le pilote-gamer-viking Nicky Thiim vient de laisser passer la 488 de James Calado. Il coupe même la chicane au Dunlop en pneus froids... 6 secondes séparent les deux leaders en LMP2 ! Deuxième en LMP2, l'Oreca jaune et bleu, aux mains dans ce relais de Roberto Gonzalez, évite de peu la Ferrari Hub Auto Racing #72 qui évoluait au ralenti. Comme cette année, la nuit dure deux heures de plus, cela ne devrait pas être triste. Les Rebellion sont désormais en permanence à 1 tour. Rappelons que le brouillard n'est pas loin ! La #22 United Autorsports (Hanson qui a relayé Albuquerque) en profite pour remonter au 2ème rang derrière sa consoeur, la #32 du Néerlandais Job Van Uitert ! La pièce a été changée et Oliver Webb est en piste après un arrêt de 18 minutes. A 2h30 de l'arrivée, la Porsche Project 1 #56 et la Ferrari AF Corse #83 occupent la deuxième et troisième marche du podium provisoire dans la "D4", bien fournie avec 22 voitures au départ. En GTE Pro, l'écart entre la Ferrari AF Corse #51 d'Alessandro Pier Guidi et l'Aston Martin #97 de Maxime Martin s'élève à 11 secondes. Vendredi 18 octobre 2019, l’Automobile Club de l’Ouest (ACO) a levé le voile sur l’affiche des 24 Heures du Mans 2020 (avant le report). L'hymne japonais salue la troisième victoire consécutive de Toyota. La Toyota #7 (Kobayashi) l'imite quelques secondes plus tard. Moins de 15 secondes séparent le Belge Maxime Martin, au volant de la Vantage, de Daniel Serra, avec la 488 EVO. #LeMans24 #24hUnited pic.twitter.com/u2L4A4S42s. L'Aston Martin #97 vient de reprendre la tête suite au ravitaillement de la Ferrari #51 d'AF Corse. Et ce qui devait arriver arriva. @RebellionRacing pic.twitter.com/K9syajLlxx. Mon nom est Andy David et avec Guillaume Alvarez et Romain Vannier, nous allons hanter le circuit pour vous faire vivre au mieux cette 88e édition, si particulière. Vous avez dit suspense ? Planté dans le bac à gravier, Jakub Smiechowski parvient à rejoindre son box. En GTE Am, c'est désormais une autre Aston Martin, engagée par TF Sport (#90), qui occupe le premier rang. Arrêt de Kamui Kobayashi qui cède cette fois la tête des 24 heures à la Toyota #8. Crépuscule nautique (aube) ** : 06h35 Fred Makowicki vient de rentrer aux stands pour la même raison que l'autre 911 RSR usine : une panne de direction assistée. Vincent Capillaire (Oreca Graff So24 #39) est dans le gravier du côté du virage du karting. Nous constatons aussi l'abandon de l'Oreca Dragonspeed #21 confiée à Memo Rojas, Thimothé Buret et Juan Pablo Montoya. Et en GTE Am, 1.5 seconde sépare les leaders. Il fait désormais nuit noire sur le circuit de la Sarthe avec un possible brouillard qui guette les pilotes. La Rebellion #1 (Senna-Nato-Mezenes) complète le podium final devant la Toyota #7 du trio Conway-Kobayashi-Lopez. Brendon Harley a profité d'un arrêt rendu moins coûteux par la période de slow zone. Une slow zone est déclenchée par la direction de course. #LeMans24 #24hUnited pic.twitter.com/1F5nwggFQ9. pic.twitter.com/Fv1QpwwLCd. Regardez la vidéo premium: 24 Heures du Mans 2020 | Essais libres 2 - Suivez les essais libres des 24 Heures du Mans 2020 en intégralité. Chez les proto, la #32 de Job van Uitert, qui alternait avec l'autre Oreca - United en tête de la catégorie, est poussée dans son garage. En attendant, voici un petit point météo qui augure d'une édition pimentée. Si la pluie se fait encore attendre (on l'annonce à partir de 4h du matin), le brouillard sarthois pourrait venir jouer des tours aux pilotes. On aurait pu s'attendre à une lutte d'équipiers mais l'intérêt du team passe avant tout : Rebellion demande à Dumas (#3) et Menezes (#1) de garder un écart de deux secondes, sans se doubler. Inscrivez-vous gratuitement aux newsletters d'Auto Moto, - Bliink target : rgautomoto Sans transition, on constate que la Ferrari #71, 4e en GTE Pro n'a pas franchi la ligne d'arrivée. Kazuki Nakajima prend le relai de Brendon Hartley au volant de la TS050, leader en alternance avec la voiture soeur, la #7. 13.624 km / 8.466 mi. En LMP2, on y voit un poil plus clair après les deuxième cycle de ravitaillements. Dans les dernières secondes, Sébastien Buemi (Toyota #8) établit le meilleur chrono de la séance en 3:36.7. Huh... Maintenant, c'est l'Oreca Jackie Chan DC #37 qui est arrêtée sur le circuit. Cette voiture a passé la nuit à s’échanger le commandement en LMP2 avec l’autre châssis exploité par l’équipe anglo-américaine. Un convoi hétéroclite composé d'une voiture d'intervention, d'un scooter et d'une ambulance arrive au Tertre rouge, sans doute pour examiner le rail de sécurité frotté par la Porsche #99. Après quelques passages par les stands, on fait le point sur le haut du classement, à moins de six heures du drapeau à damier. Cela pourrait-il faire le jeu d'une certaine Toyota #7, quatrième à un petit tour ? L'impact était sévère, mais le pilote australien - excellent hier - semble secoué, mais indemne. Pendant ce temps, l'Alpine-Signach #36 d'Andre Negrao rentre aux stands. Petite frayeur pour l'Oreca #39 de l'équipe Graff de James Allen du côté d'Indianapolis. Hier soir, on a eu une crevaison, des soucis de freins et nous avons perdu deux tours. L'engin, qui a perdu deux tours en début de course, est remontée au 15e rang. Bonjour et bienvenue dans notre direct des 24 heures du Mans 2020. Anthony Davidson rentre aux stands. #39 – Oreca (So24/Graff) – Allen, Capillaire, Milesi (6e), #98 – Aston Martin Vantage (Aston Martin) – Dalla Lana, Farfus, Gunn (36e). Tout aussi impressionnant : la différence de vitesse entre les GT et les protos. Dernier arrêt pour la Toyota de tête. #LeMans24 pic.twitter.com/123Qt88bTe. "Je m’amuse comme un petit fou, ca change de ce que je fais d'habitude. C'est au tour de la Toyota de tête de ravitailler. #LeMans24 @24heuresdumans ⏱H-1 quasiment avant le départ ?Backstage visite du box ?? Il s'agit de la chaude voix de Bruno Vandestick, le speaker officiel du circuit. Résultat : Kamui Kobayashi est désormais pointé à la 4e place, loin derrière la Toyota #8, qui a profité de la mésaventure. Celle-ci sera en effet disputée à huis-clos. En LMP2, l'heure a été marquée par l'accrochage retardant l'Oreca Nederland #29 de Nyck de Vries. On change le capot avant, puis les éléments de carrosserie arrière. Sebastien Buemi est aux mains de l'Hybride japonaise. La période de slow zone est terminée. On a un peu plus de chance que l’autre voiture… » - Kazuki Nakajima. Calendrier WEC 2019-2020 : dates et horaires, 24 Heures du Mans – DIAPORAMA : nos bords de piste favoris, 24 heures du Mans : 11 choses que vous ne saviez pas sur la course, 24h du Mans 2020 : victoire Toyota, résumé et classement final. TIME TO CELEBRATE ??? Sévère bataille pour la 3e place en LMP2, et donc la 7e place au général. #90 – Aston Martin Vantage (TF Sport) – Adam, Eastwood, Yoluc (27e). Les micro-citadines bientôt de retour grâce au... Bonus-malus 2021 : le fonctionnement, les... Porsche veut à tout prix sauver ses moteurs... Lamborghini et Ducati ne sont pas à vendre, Comparatif auto-moto : les VRAIES mesures, crise sanitaire provoquée par le coronavirus, 24h du Mans 2020 : la liste complète des engagés, Streaming, TV, chaînes… Le programme TV des 24h du Mans 2020. Kamui Kobayashi reste au volant et se relance, toujours en 2ème place derrière la Toyota #7. Quant à la #92, elle pointe au 7e et dernier rang (46e au général), à 13 boucles de la tête, après des soucis de direction assistée. Brendon Hartley demeure dans la TS050 et conserve la tête des 24 heures. Le Britannique précède d'un tour Sebastian Buemi, de retour au volant de la #8. ?? Les 24 Heures du Mans 2020 sont la 88 édition des 24 Heures du Mans et ont lieu les 19 et 20 septembre 2020. Phil Hanson (United #22) possède désormais une minute d'avance sur Anthony Davidson (Jota #38). Puisque le traditionnel « Village » n’existera pas, et que vous ne pourrez pas rapporter un souvenir chez vous, nous vous livrons ici nos idées. La direction de course établit une slow zone. La preuve ? À l’occasion des 24 Heures du Mans 2020, AUTOhebdo lance sa Web TV pour vous permettre de suivre la plus grande course du monde différemment. Il s'est même offert un gros blocage de pneus au freinage de la première chicane. La Ferrari #90 TF Sport, leader en GTE AM, effectue également un refueling et mène toujours devant l'Aston Martin #98. Une nouvelle fois, les trois LMP2 de tête s'arrêtent dans le même tour. #97 – Aston Martin (AMR) – Lynn, Martin, Tincknell (22e), #83 – Ferrari 488 Evo (AF Corse) – Collard, Nielsen, Perrodo (31e). Dommage, car la voiture était revenue au 4e rang en GTE Pro grâce à sa régularité. La belle anglaise repart dans un rugissement de pneus sur le tarmac ! C'est reparti au Mans. Le pilote Alpine, Thomas Laurent perd le contrôle dans les virages Porsche ! Engagés | Programme TV – Streaming | Grille de départ, Direct réalisé par Guillaume Alvarez, Andy David et Romain Vannier depuis le circuit des 24 heures. Elle n'est pas la seule à se faire une frayeur : Jeffrey Segal est allé tâter du hors-piste dans la descente de Dunlop avec la Ferrari #63 WeatherTech Racing. Puisqu'il est très tard et qu'on peut écrire des trucs un peu fous par ici, voici une découverte intéressante. TWO MINUTES!!!! La nuit est déjà loin que les 55 (!) Tristan Gommendy va bien, même si l'Oreca-Duqueine #30 abandonne. Drapeau vert, c'est reparti. Kobayashi, au volant de la Toyota, n'entend pas perdre du temps et les passe tous les 2 mais Dumas s'accroche au Japonais. L'Alsacien Tom Dillmann est toujours au volant, devant les premiers de la catégorie LMP2. Job van Uitert cède les commandes à Antonio Félix da Costa. En tête de la course, Mike Conway signe désormais un 3:19.6. C'est passé par le chat de l'aiguille mais bien joué du Britannique, qui grimpe 14e en LMP2 ! Après 4 heures de course, les Toyota semblent imposer leur loi. Puis j’ai souffert d’une crevaison dans les virages Porsche. Pendant ce temps, la direction de course établit une slow zone devant les stands. Le top 5 est complété par la première représentante de la classe LMP2, la #22 de United Autosports d’Albuquerque, di Resta et Hanson. La 911 #92 est 5e dans sa catégorie, la #91 est 7e. Demain, dès 10 heures, Richard Burgan vous fera vivre en live texte les premiers essais libres des 24 heures du Mans 2020 sur cette page. La ByKolles a connu des soucis d'alternateur, et non de boîte de vitesse. Au volant de la TS050 #7, le Japonais Kamui Kobayashi a réalisé le temps de référence de l’hyperpole, en 3:15.267. Le malheur des uns faisant parfois le bonheur des autres, l’Oreca #31 du Panis Racing (Canal, Jamin, Vaxivière) héritait du top 3 devant la Signatech-Alpine #36 de Laurent, Negrao et Ragues. En GTE Pro, les deux Ferrari AF Corse précèdent l'Aston Martin #97 d'Alex Lynn. Parallèlement, la Ferrari Red River #82 poursuit sa nuit de galère. Notamment en GTE Pro où deux Porsche 911 RSR « usine » affronteront deux Aston Martin Vantage et quatre Ferrari 488 GTE. Le trio Davidson-Da Costa-Gonzalez devait toutefois se contenter du premier accessit après un ultime ravitaillement, sans quoi c’était la panne sèche avant le drapeau ! Les pilotes caressent la pédale de frein pour perdre le moins de temps possible avant de plonger dans la courbe à droite. Le fameux dirigeable Goodyear a fait son retour cette année, en même temps que le manufacturier américain. Les Toyota comptent désormais près de 3 minutes d'avance sur la première Rebellion (la #1 de Gustavo Menezes). La rédaction d'Auto Moto vient de se consulter, voici nos pronostics. Mais les deux voitures sont sur des stratégies décalées depuis la petite alerte subie par cette dernière à la fin de la première heure. Les écarts restent serrés aussi en GTE Am : l'Aston Martin #90 TF Sport mène devant l'AF Corse #83. 24h du Mans 2020 : victoire Toyota, résumé et classement final La 88e édition des 24 Heures du Mans a été remporté par la Toyota #8 pilotée par Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima et Brendon Hartley. Sortie de piste de la Ferrari #70 du MR Racing. Les mécanos se préparent à la remplacer. Résultat : les deux Oreca de l'équipe United Autosport mènent la danse. Changement de pilote du côté de la G-Drive Racing #26, en tête de la catégorie LMP2. Le 18 mars, l’Automobile Club de l’Ouest (ACO) a communiqué les nouvelles dates pour la 88e édition des 24 Heures du Mans : le week-end des 19 et 20 septembre 2020. Le bilan est lourd : l'engin est 4e, à six tours de la #8. La victoire se dirige vers le constructeur britannique. Manque de motricités, problèmes de direction assistée… Les 911 RSR rentreront à Stuttgart avec le moral à zéro. Même sur un circuit aussi long (13,6 kms) que Le Mans, les officiels ont les yeux partout ! Kamui Kobayashi cède sa place à José Maria Lopez. Zone jaune signalée par la direction de course. Ce changement reflète la volonté des organisateurs d'offrir davantage de temps de roulage avant la tombée de la nuit (le soleil se couche à 20 heures et non 22 heures comme en juin) et de s'adapter aux exigences des diffuseurs télé (avec l'arrivée du Tour de France). Lorsque la voiture était immobilisée au bord du circuit, les mécaniciens ont fourni une pièce permettant de réparer l'engin et de le ramener aux stands. United tient la catégorie d'une main ferme. On retire le capot. el @Toyota_Hybrid #8 se hace con la victoria. La Toyota #8 possède 10 secondes d'avance sur la voiture soeur. Chez les protos, la #22 et la #32 de l’équipe United s’échangent les commandes au gré des ravitaillements. Cette fois, la 911 RSR passe par le bac à gravier de la courbe Dunlop, puis repart à petite vitesse, avec une crevaison. Safety car. Une slow zone est déclenchée car le Manitou est mobilisé. Felipe Fraga (Porsche Project 1 #56) ne parvient pas à l'éviter et touche l'avant du proto. La cause ? Au même moment, José Maria Lopez effectue un court ravitaillement avec la Toyota qui figure au 3e rang. Profitant de la slow zone, les deux Oreca United, en tête en LMP2, ravitaillent. Le Mans prend des allures de Boulevard Périphérique... Feu vert. Laurens Vanthoor a repris la piste, perdant 1 tour dans l'affaire. L'Alpine-Signatech #36 est toujours arrêtée à son box. Ce weekend, on aurait dû vivre les 24 heures du Mans. Nous savons en revanche que c'est Ho Pin Tung qui est au volant. De belles étincelles dans la nuit. Tête à queue sans gravité pour la Porsche Dempsey/Proton #88. “Je vérifiais simplement tous les scénarios possibles dans ce virage, au cas où,” s’amuse-t-il sur les ondes de Radio Le Mans. Deux avions de chasse survolent la grille de départ. Il est 23h30 sur le Circuit du Mans, l'occasion d'un nouveau point sur les classements. Le sale week-end de Fritz van Eerd se poursuit. Category Filter . ». Résultat : l'Aston Martin #97 prend la tête en GTE Pro. Pendant ce temps, la Ferrari #60 de Claudio Schiavoni a fait une pirouette dans l'entrée de la pit-lane. Sur les cinq LMP1, une manque à l’appel : la valeureuse ENSO-CLM #4 ByKolles Racing (Dillmann, Spengler, Webb) a en effet été contrainte à l’abandon durant la soirée. - Bliink cibles : le, la, un, un, des, les, la, une, voiture, Richard Burgan, Guillaume Alvarez, Andy David et Romain Vannier. Erik Maris traverse le bac à gravier dans un horrible son de châssis frottant sur la caillasse. Juan Pablo Montoya est au volant. L'envol des Toyota se poursuit... Surtout pour la #7, qui semble adopter un rythme plus véloce que la #8. Attendu au tournant, cette voiture a connu des déboires en première partie de course et n'occupe qu'une lointaine 45ème place au général. Nouvelles dates : 19-20 septembre Si la hiérarchie LMP1 est relativement figée, ça bouge dans les autres échelons du classement. Si Kobayashi reste au volant de la #7 qui occupe toujours la tête, Brendon Hartley à remplacé Sébastien Buemi et ses lunettes de nuit dans la #8. ?#WEC #LeMans24 @AMR_Official pic.twitter.com/uajTuo0IE7. La LMP2 est plantée dans le bac à gravier. L'Aurus G-Drive #26 reprend la piste au 5e rang en LMP2 (9e au général). La bagarre Aston Martin - Ferrari continue en GTE Pro. Lever du soleil : 07h43 Les 24 Heures du Mans 2020 en 24 chiffres. Il existe différents crépuscules. 24h du Mans en septembre : à quoi ça va ressembler ? Le proto préparé dans l'Essonne avait effectué un superbe début de course. La Ferrari accidentée dans la nouvelle portion est endommagée sur le côté gauche. Ca bouge en pit-lane. En GTE Am, la Porsche Project 1 #56 est en tête. Problème : Ryan Cullen est resté au milieu de la trajectoire. 24 Heures du Mans 2020 Kyalami Grand Prix Circuit Sebring -- 12 Hour Road Course Silverstone -- Endurance Silverstone -- Endurance Silverstone -- Endurance 24 Heures du Mans 2020. En effet, en 2020, la classique sarthoise se tiendra sans public. Classement (après 18h30 de course) : Belle bagarre au coeur du peloton entre la #50 Richard Mille, la voiture de l'équipage 100% féminin en LMP2, et la #25 du Algarve Pro Racing. Kazuki Nakajima a perdu 10 minutes dans son garage, perdant la 2e place au général au profit de la Rebellion #1. Pour rappel, le départ de l'épreuve sera donné à 14h30 et non 15 heures, comme il était d'usage ces dernières années. Bien que le soleil décline désormais derrière un léger voile de nuagen Radio Le Mans annonce que les averses devaient survenir sur le circuit à partir de 2 heures du matin... et jusqu'au petit jour. La Toyota #7 mène sereinement la danse. Alors que le safety car entre en piste, l'Oreca - Duqueine #30 de Tristan Gommendy est arrêtée dans une barrière de la première chicane. L'auto est classée 48e et dernière, à 128 tours de la Toyota #8. Et hop, l'Aston Martin #97 prend la tête en GTE Pro, après un dépassement d'Harry Tincknell sur Daniel Serra. Drapeau jaune ! Pas de chance pour le pilote russe qui occupait la tête du classement en LMP2 avant ce souci. Jean-Eric Vergne était victime d’une rupture de suspension. Confusion chez Rebellion. Fiabilisées et rapides, les TS050 hybrides ont déjà remporté les éditions 2018 et 2019 aux mains de Fernando Alonso, Sébastien Buemi et Kazuki Nakajima. En GTE Pro, l'Aston Martin #97 et la Ferrari #51 sont (encore) roues dans roues. Mais l’introduction pour cette saison du championnat du monde d’endurance d’une balance de performance, chargée d’équilibrer la compétition, pourrait contrarier les efforts de la marque japonaise. @GraffRacing No.39 is in the wall.skmnklvlvflkjfvcjkfv ?? Nous l'ignorons. Il a subi quelques modifications depuis l’an dernier, comme le souligne Vincent Beaumesnil, directeur « sport » de l’Automobile club de l’Ouest : Les travaux ont été relativement légers par rapport à d’autres éditions, néanmoins, nous avons opéré certains changements à Mulsanne : à savoir augmenter la profondeur du dégagement et remplacer une partie du bac à graviers par un run off en asphalte, qui permet de ralentir les voitures quand elles sortent de la piste tout en évitant les projections de gravier et le nettoyage qui en découle, comme c’est le cas avec les bacs. Toyota, double vainqueur en titre, continue d'imprimer sa marque avec la #7 de Mike Conway leader après neuf heures de course. Pour rappel, la marque au Lion fera son retour officiel en Endurance en 2021 dans la nouvelle catégorie Hypercar (plus d'infos ici). Dans le même temps, les noctambules se réjouissent devant la lutte qui oppose les leaders en GTE Pro : Ferrari et Aston Martin se livrent un duel de toute beauté. Et c'est le doyen de l'épreuve, Dominique Bastien, qui vient de monter à bord de la 911 RSR à l'âge de 74 ans. Et surtout la première place à la voiture soeur de l'équipe United (#22), actuellement pilotée par Felipe Albuquerque. On reconnaît notamment le Dr. Wolfgang Ullrich, grand artisan des victoires d'Audi au Mans dans les années 2000 et 2010. Les deux voitures devront probablement ravitailler avant le drapeau à damier. La voiture de tête (Aurus G-Drive #26) est pénalisée pour un dépassement sous le régime de voiture de sécurité. 3 heures à tenir avant la conclusion de ces 88èmes 24h du Mans. Le prototype inscrit dans la catégorie LMP1 est actuellement au 5e rang, à un tour, et fait une course sans histoire. Anders Fjordbach est aux commandes. Bruno Vandestick, le speaker du circuit, a fait sa réapparition. Cette catégorie est tout de même fascinante. Chez les proto, la bataille concerne désormais les deux Oreca United et une autre Oreca Jota. Mauvaise nouvelle chez Risi : la Ferrari #82, qui jouait le podium en GTE Pro, a effectué un tête à queue à Indianapolis. Autres incidents notables. La Ferrari #51 et l'Aston Martin #97, en tête en GTE Pro, sont de nouveau réunies en moins d'une seconde. La 911 RSR, dernière au général à 72 tours du 47e poursuit son chemin avec bonhomie. Par. Oliver Webb (ByKolles #4), Romain Dumas (Rebellion #3) et Gustavo Menezes (Rebellion #1) sont désormais à bord des prototypes, qui ont effectué un changement de pneus. En parlant de météo, la pluie - qui n'a toujours pas fait son apparition - est désormais annoncée pour 13 heures cet après-midi. Une violente altercation oppose Nyck de Vries (Oreca Nederland #29) à Toni Vilander (Ferrari Weathertech #63) au Tertre Rouge. Chez les Grand Tourisme, c'est les ennuis de la Ferrari AF Corse #71 qui transforment le tableau. Arrêt de routine pour l'Alpine-Signatech #36. #98 – Aston Martin Vantage (Aston Martin) – Dalla Lana, Farfus, Gunn (30e). Pas de solw zone non plus. Paul di Reste (qui est à bord), Phil Hanson et Felipe Albuquerque comptent désormais 1:40 d'avance sur l'Oreca Jota #38, actuellement pilotée par Anthony Davidson. La ronde des 24h se poursuit. Une mention pour le franco-américain Dominique Bastien. En cliquant sur le bouton "J'accepte" ou en poursuivant la visite vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Au même moment, Jean-Eric Vergne (Aurus G-Drive #26) et Alex Brundle (Oreca United #32) se livrent une bagarre de chiffonniers pour la tête en LMP2. Le sort qui s’acharne sur la #7. La trajectoire a été adoucie avec les années, mais gare à ne pas trop surmonter le vibreur. L'Oreca-Nederland #29 de Guido Van der Garde est au ralenti de côté d'Indianapolis. Pas d'incident notable au départ. Pas certain. Météo-France annonce en effet pour la ville du Mans des orages dans l'après-midi et même un risque de grêle entre 17 et 20 heures... La suite de l'épreuve devrait alterner entre éclaircies et averses. Vous prendrez bien quelques nouvelles de la ByKolles ? Matthieu Vaxivière (Oreca Panis #31) se défend de manière rugueuse face au jeune Mikkel Jensen (Aurus G-Drive #26). Pendant ce temps, Laurens Vanthoor a regagné son stand aux commandes de la Porsche 911 RSR #92. En tête de la course, le très sous-estimé Mike Conway (Toyota #7) conserve son matelas de 12 secondes sur la TS050 soeur (Toyota #8) de Sébastien Buemi. Menezes fait de même avec la #1 et est remplacé par Norman Nato. Auteur d'un premier stint remarquable hier après-midi, l'Australien James Allen fait un 270° dans la deuxième chicane. En parallèle, André Negrao (Alpine-Signatech #36) reprend du terrain sur Beitske Visser (Oreca Richard Mille #50). L'équipage effectue jusqu'ici une course régulière et sans erreur. Relégué à la 4e place à cause d’un turbo défectueux, José Maria Lopez tente toujours de remontée. Et leurs horaires sont très dissemblables entre juin et septembre. Les 59 engagés sont à présent alignés en épi dans la ligne droite des stands. La Toyota #8 compte 5 tours d'avance sur la Rebellion #1. La malchance de la Toy' #7 va-t-elle encore frapper ? La #91 est revenue à la 4e place, mais à un tour et demi des leaders. SUSPENSION FAILURE 35min before the end @24heuresdumans ! Will Stevens est en tête (Oreca Chan DC #37) devant le très impressionnant James Allen (Oreca Graff-SO24 #39). @WSeriesRacing alum @beitskevisser at the wheel right now running P10 in class and P14 overall. On se rappelle que l'an dernier, un capteur défaillant avait coûté la victoire à la Toyota #7. Mais l'Italien s'apprête à rentrer aux stands à son tour. Alors que la course est rapidement relancée, nouvelle alerte dans le même secteur avec la sortie de la Ferrari #72 Hub Auto Racing. Brendon Hartley s'est substitué à Sébastien Buemi. Sébastien Buemi est revenu à 3 secondes, mais il devra s'arrêter à son tour dans quelques tours. Les mécanos de Rebellion se sont bien activés et Gustavo Menezes a relayé le Brésilien en troisième position. Il a été atteint à deux reprises en 1971 et 2010. Le circuit est déclaré humide, même s'il sèche rapidement. Une slow zone est établie par la direction de course. 92 due to power steering issue @FIAWEC @24hoursoflemans pic.twitter.com/T4k0LKd9gY. La seconde Toyota #7, qui cravache pour rattraper son retard de la nuit (changement de turbo) est quatrième. Beautiful drive @JonnyAdam #LeMans24?? Les dégats sont limités sur les deux voitures, qui ont réussi à reprendre la piste. Le temps d’effectuer la réparation, nous avons perdu beaucoup de terrain. Les excellentes 23 premières heures de la part de Rebellion, qui a fait de son mieux face à un géant automobile. Pour l'heure, Daniel Serra (Ferrari AF Corse #51) possède un avantage de 4 secondes sur Harry Tincknell (Aston Martin #97). Mieux encore, c'est encore Anders Fjordbach qui est installé dans le cockpit. 92. Statu quo également en GTE Am où l'Aston Martin TF Sport #90 reste devant (25ème au général). Momento final de #LeMans24?? Nous n'assisterons malheureusement pas aux classiques scènes de communion entre le public et les concurrents. Jusqu'ici, les trois hommes ont effectué un sans-faute. Il doit cet avertissement à son non-respect des limites du circuit. Chez AF Corse, la #71 repart après une dizaine de minutes d'arrêt. Il quitte la pit-lane avec 12 secondes d'avance sur la voiture soeur de Sébastien Buemi, qui a passé la Rebellion #1 de Bruno Senna. La 88e édition des 24 Heures du Mans ne se déroulera pas comme à l’accoutumée, pas seulement en raison de son report de juin à septembre. Aston Martin célèbre également le championnat du monde "marque" dans cette catégorie. La chance n’a donc pas souri à la Porsche 911 RSR #88 Dempsey-Proton, premier équipage à renoncer dans ces 24h. Jean-Eric Vergne occupait la 3e place en LMP2, dans le même tour que le leader. Mike Conway et Sébastien Buemi sont installés à bord des Toyota TS050. Frustré, furieux, furibard, José Maria Lopez (Toyota #7) "claque" un 3:19, tout près du record du tour établi dès la 4e boucle par Bruno Senna (Rebellion #1). L'Aston Martin TF Sport #90 de Salih Yoluc, Jonny Adam et Charlie Eastwood s'impose après s'être détachée du peloton en fin de nuit.