Le portrait d'origine de l'empereur Hadrien a été retravaillé sur tous les médaillons de façon à représenter, du côté nord, Constantin dans les scènes de chasse et Licinius ou Constance Ier, père de Constantin, dans les scènes de sacrifice, et inversement du côté sud. Il est large de 13,50 mètres, haut de 15,40 mètres et profond de 4,75 mètres. Le texte, identique sur les deux faces, se lit : IMP(eratori) CAES(ari) FL(avio) CONSTANTINO MAXIMO Les travaux de l’Arc Cette interprétation n'est toutefois plus guère retenue, en raison de la réévaluation de l'esthétique qui domine l'art de l'Antiquité tardive : on admet généralement aussi, ce qui est démontré par certaines œuvres, notamment dans les arts mineurs (comme la sculpture sur ivoire) que les artisans de cette époque avaient les moyens techniques d'approcher, sinon d'égaler le classicisme de leurs prédécesseurs. Il est naturel de supposer que l'arc a été inauguré durant ce séjour dans la Ville. Il possède trois baies. La partie inférieure du monument est construite de blocs de marbre, tandis que la partie supérieure, l'attique, est revêtue de marbre. L'une des créations uniques de l'âge d'or de l'Empire romain est située près du majestueux Colisée. L'Arc de Constantin L'Arc de Constantin a été construit en 315 aprés J-C à l'initiative du Sénat et du peuple de Rome pour célebrer la victoire de Constantin sur Maxence au Pont Milvius le 28 Octobre 312 et par la même occasion fêter les dix années de pouvoir de l'Empereur (Fêtes Décennales). L'arc mesure 31,10m de haut, 35,7 m de large et 7,4 m de profondeur. Riegl Alois. L’arc de Vespasien et de Titus est un arc de triomphe romain érigé à Rome par l’empereur Domitien en 81 ap. Les deux latérales mesurent elles 7,4 … Malgré les restaurations modernes et récentes, le décor de l'arc diffère beaucoup de son état initial : ont disparu le groupe statuaire qui le couronnait (représentant peut-être Constantin sur un quadrige) et la majeure partie des placages de pierre colorée revêtant la façade, dont il ne reste que des fragments de porphyre sur la face nord. Dans les passages latéraux étaient placés huit bustes (deux par mur) qui ont été endommagés au point de ne plus être identifiables. Au-dessus des baies secondaires, d'autres courtes inscriptions se lisent ainsi : VOTIS X — VOTIS XX — SIC X — SIC XX (« Vœux solennels pour le 10e anniversaire — pour le 20e anniversaire — de même que pour le 10e, de même pour le 20e anniversaire »). Elle représente des épisodes de la campagne italienne de Constantin contre Maxence, en raison de laquelle on procéda à la construction du monument. La structure générale de la façade principale est identique sur les deux faces de l'arc. Ils proviennent, de même que les deux bas-reliefs situés sur les parois du passage central, d'une grande frise célébrant la victoire sur les Daces. Il se trouve de nos jours dans le rione du Celio, l'ancienne route des triomphes. Les reliefs des écoinçons, comme ceux des bases des colonnes, datent de l'époque constantinienne. Elle est divisée par quatre colonnes corinthiennes libres, en marbre jaune de Numidie (giallo antico). Les reliefs des écoinçons, comme ceux des bases des colonnes, datent de l'époque constantinienne. Sur la face nord, les médaillons présentent de gauche à droite : une chasse au sanglier ; un sacrifice à Apollon ; une chasse au lion ; un sacrifice à Hercule. Les statues des prisonniers Daces viennent du forum de Trajan. Traduction : Mariélène Weber. REMPVBLICAM VLTVS EST ARMIS Le principal élément de décor sculpté détruit est la frise qui devait courir tout autour du monument, symétriquement à la frise constantinienne, au sommet de la partie médiane, juste au-dessous de la corniche de l'attique. Il est notable que l'artiste a évité dans ce cas l'utilisation de l'iconographie du triomphe, probablement parce que Constantin ne souhaitait pas apparaître en train de triompher sur Rome. L'arc mesure 21,10 m de haut, 25,7 m de large et 7,4 m de profondeur. conquêtes militaires, l’Arc de Triomphe était la plus grande arche triomphale au monde quand il fut finalement terminé en 1836. Immédiatement après avoir franchi l'Arc de Constantin, la procession triomphale tourne vers la gauche et suit la Via Sacra jusqu'au Forum Romain, puis au Capitole, en franchissant à la fois l'Arc de Titus et l'Arc de Septime Sévère. Les catacombes possèdent une multitude de galeries souterraines qui forment d’authentiques labyrinthes de plusieurs kilomètres, le long desquels des files de niches rectangulaires ont été creusées. Les écoinçons de l'arc central sont décorés de reliefs de Victoire portant un trophée, tandis que ceux des arcs secondaires présentent des personnifications de fleuves. Les écoinçons de l'arc central sont décorés de reliefs de Victoire portant un trophée, tandis que ceux des arcs secondaires présentent des personnifications de fleuves. Les portraits de Marc Aurèle sur ces différents reliefs sont en réalité des restaurations du XVIIe siècle : dans l'état d'origine de l'arc, ils avaient été retaillés pour représenter Constantin. Trois arches apportent un peu de légèreté au bâtiment. La plus grande se situe au centre et mesure 11,5 mètres de haut pour 6,5 de large. Arc de #triomphe érigé par l'#empereur Constantin en 315.” Ce stade est marqué par une nette renonciation au réalisme. Elle est identique sur les deux faces. L'arc mesure 21,10 m de haut, 25,7 m de large et 7,4 m de profondeur. Sur le côté est du monument, la frise montre Constantin et son armée entrant à Rome. "Élèvation de l'arc de Constantin, à Rome." Arc de Constantin I- PRESENTATION GENERALE L'arc mesure 21 m de haut, 26 m de large et 7m de profondeur. Il existe dans la plus ancienne Rome plusieurs variétés de ces portes magiques. MAGNITVDINE CVM EXERCITV SVO Un escalier est aménagé dans l'épaisseur de l'arc ; on y accède par une porte située en hauteur sur le côté situé du côté du Palatin. Les statues des prisonniers Daces viennent du forum de Trajan. On y voit en général le signe du changement d'affiliation religieuse de Constantin : la tradition chrétienne, notamment Lactance et Eusèbe de Césarée, rapporte que Constantin aurait eu une vision du dieu des chrétiens au cours de la campagne, et qu'il fut victorieux au pont Milvius grâce au signe de la croix qu'il avait fait inscrire sur les boucliers de son armée. 2 ), attire immédia¬ tement le regard, et la première impression superficielle, avant toute analyse du détail, force déjà à reconnaître que toute la com¬ position avait été soigneusement conçue pour rendre le spectateur attentif au centre. pp. L'arc de Constantin est situé à Rome et a été construit en 315 après JC. Il possède trois baies : la baie centrale est la plus grande, avec 11,5 m de haut pour 6,5 m de large, tandis que les passages latéraux mesurent 7,4 m de haut pour 4,4 m de large. L'itinéraire de cette route commence au Champ de Mars, conduit au Cirque Maxime et fait le tour du Palatin. Le décor de l'arc remploie massivement des fragments de monuments plus anciens, qui prennent une nouvelle signification dans le contexte constantinien. Des médaillons comparables, mais d'époque constantinienne, ont été placés sur les petits côtés de l'arc : ils représentent les chariots du Soleil levant (côté est) et de la Lune (côté ouest). Les reliefs de l'arc de Constantin à Rome (313-315) [Tiré de Aloïs Riegl, Spätrömische Kunstindustrie [L'industrie d'art romaine tardive], 1901, Vienne, chapitre II : La Sculpture. Sur ce monument commémoratif de la victoire de Constantin, la nouvelle frise historiée représentant sa campagne d'Italie constitue le motif significatif le plus important : elle célèbre l'empereur, à la fois dans ses fonctions militaires et civiles. Il est composé de fragments prélevés sur des monuments plus anciens. L'Arc est à proximité immédiate du Colisée, du Forum Romain et de la colline du Palatin. Il possède trois baies : la baie centrale est la plus grande, avec 11,5 m de haut pour 6,5 m de large, tandis que les passages latéraux mesurent 7,4 m de haut pour 4,4 m de large. Le relief au cinéma. In: 1895, revue d'histoire du cinéma, numéro hors-série, 1997. Les écoinçons de l'arc central sont décorés de reliefs de Victoire portant un trophée, tandis que ceux des arcs secondaires présentent des personnifications de fleuves. Située à mi-chemin entre le Colisée et le Palatin, l’arc de Constantin est fièrement dressé. Inauguré en 315, c'est le dernier de la série des arcs de triomphe à Rome, dans laquelle il se distingue par son utilisation systématique de remplois (spolia) de monuments antérieurs. Mais, bien que Constantin ait commencé à soutenir activement l'Église à partir de 312, le symbole du Dieu Soleil, Sol Invictus, continue de figurer en bonne place sur les documents officiels de son règne — notamment les monnaies — jusqu'en 324. Les reliefs des écoinçons, comme ceux des bases des colonnes, datent de l'époque constantinienne. Les reliefs des écoinçons, comme ceux des bases des colonnes, datent de l'époque constantinienne. Les médaillons proviennent d’un monument inconnu érigé pour Hadrien, les hauts reliefs d’un monument de Marc-Aurèle. L'arc, recouvert de marbre du Pentélique, n'est composé que d’une seule arche contre trois pour les arcs de Septime Sévère et de Constantin par exemple. Le grands bas-reliefs, hauts de trois mètres, se réfèrent aux campagnes militaires de Marc Aurèle, qui se sont déroulées vers l’an 170. Les reliefs, qui mesurent environ 2 m de diamètre, étaient encadrés de porphyre, qu'on ne retrouve que du côté nord de l'édifice. Description de l'arc de l'empereur Constantin à Rome. Au-dessus de la baie centrale, l'inscription principale occupe la place principale de l'attique. On invoque aussi parfois l'incapacité technique des ateliers romains de sculpture du IVe siècle de produire des œuvres d'une qualité comparable à celles du IIe siècle : le pillage des monuments antérieurs constituerait l'aveu implicite de cette infériorité artistique en même temps que la reconnaissance admirative des œuvres de l'époque précédente. Il fut construit pour commémorer la victoire de Constantin au Pont de Milvius contre Maxence le 28 octobre 312. Traduction : Au pieux et heureux empereur César Flavius Constantin le Grand, Auguste, parce que, sous l'inspiration de la divinité et par grandeur d'esprit, avec son armée et de justes armes, en un seul coup décisif, il a vengé l'État sur le tyran et toute sa faction, le Sénat et le peuple romain dédient cet arc en signe de son triomphe. Les cadavres étaient enveloppés dans des draps et placés dan… Il est composé de fragments prélevés sur des monuments plus anciens. Elles permettent de dater l'arc de triomphe des decennalia de Constantin (dixième anniversaire de son règne, compté à partir de 306), qu'il célèbre à Rome lors de l'été 315. Du côté nord, qui fait face à la ville, deux bandes représentent les actes de l'empereur après la prise de Rome : Constantin s'adresse aux citoyens sur le Forum Romain, et procède à une distribution d'argent. Les Chrétiens n’étaient pas d’accord avec la coutume païenne d’incinérer les corps de leurs morts, c’est donc pour trouver une solution au manque d’espace et aux prix élevés des terres, qu’ils ont décidé de créer ces vastes cimetières sous terre. La partie inférieure du monument est construite de blocs de marbre, tandis que la partie supérieure, l'attique, est en maçonnerie de briques revêtue d'un placage de marbre. Nous avons donc toujours affaire à une composition antique plane, et non à une com¬ position moderne spatiale. ], Il suffît d'un rapide coup d'œil [sur les reliefs de l'arc de Constantin] (fig. Statues de Daces et reliefs de l'Arc de Constantin L'arc de Constantin a été inauguré en 315. Inauguré le 25 juillet 315 (date correspondant aux decennalia du règne de l'empereur), c'est le dernier de la série des arcs de triomphe à Rome, dans laquelle il se distingue par son utilisation systématique de réemplois (spolia) de monuments antérieurs. Dimensions de l'arc de constantin impressionnant: sa hauteur est de 21 m, sa largeur d’environ 26 m et sa profondeur de 7,4 m. Il a trois travées, dont une plus grande centrale - 11,5 et 6,5 et deux plus petites latérales - 7,4 et 3,4. . Les statues de chefs barbares nobles vaincus, que vous pouvez voir sur la bande de séparation, au-dessus de l’arc, remontent à la période légèrement antérieure de l’empereur Trajan. L'arc mesure 21,10 m de haut, 25,7 m de large et 7,4 m de profondeur. The Miriam and Ira D. Wallach Division of Art, Prints and Photographs: Art & Architecture Collection, The New York Public Library. La figure de l'Imperator, qui trône au milieu {fig. L'arc de triomphe de Constantin, dont il sera question dans l'article, n'était pas achevé lors du retour victorieux de l'empereur. reliefs arc Schéma de Constantin L'arc est construit en travail carré de marbre dans les piliers, tandis que le 'auvent, qui abrite un espace accessible, il est fait maçonnerie et cimentaire enduit à … L'Arc de Constantin est le plus grand arc de triomphe antique qui nous soit parvenu intact. C’est un arc de triomphe qui a été construit pour commémorer la victoire de Constantin sur Maxence. Le premier stade de l'évolution correspond au relief classique, où l'on assiste à une division de la figure et du plan qui la supporte et dans une superposition de plans parallèles à la surface. Chicago/Turabian Format. P(io) F(elici) AVGUSTO S(enatus) P(opulus) Q(ue) R(omanus) Des travaux de restauration sont entrepris pour la première fois dans les années 1990. L'empereur trône ici sur un socle élevé, face au. L'arc de Constantin est imposant : 21 mètres de haut pour près de 26 mètres de large et 7,5 mètres de profondeur. C’est le plus grand arc de la ville, haut de 21 mètres pour une largeur de plus de 25 mètres, avec l’arc central à 11,45 mètres de hauteur. D'autres motifs iconographiques renforcent ce programme : les éléments de décor (bas-relief, statues) pris sur les monuments de l'Âge d'Or impérial, sous Trajan, Hadrien et Marc Aurèle, et remployés sur l'arc, situent Constantin dans la lignée de ces empereurs modèles. Cette partie de l'arc de Constantin a gardé son caractère plus que la plupart des autres monuments de ce genre, par la belle construc-tion de ses bas-reliefs et, ce qui est bien rare, par celle des statues placées au-dessus des colonnes. Les reliefs proviennent de monuments romains plus anciens ; le pourtour des arches et leurs pieds datent de Constantin. Dans les reliefs de l'Antiquité tardive, dont les reliefs de l'arc de Constantin sont le modèle, on assiste à l'apparition d'un nouveau réalisme de type tactile : la figure se trouve isolée comme dans une niche, les membres des figures et les plissés des draperies sont creusés d'ombres pro¬ fondes de sorte qu'une nouvelle continuité apparaît à l'avant de la surface, et non dans sa profondeur. L'Arc de Constantin est un arc de triomphe à Rome, situé entre le Colisée et le Palatin. Vous vous trouvez actuellement sur la grande image d'une fiche d'œuvres ou sur une de ses images associées. Cette pratique n'est par ailleurs en rien exceptionnelle à l'époque, puisque de nombreux monuments élevés sous le règne de Constantin font aussi largement appel à des remplois : c'est le cas par exemple de la première basilique Saint-Pierre de Rome ou encore de nombreux monuments de la nouvelle capitale impériale, Constantinople. Ces différentes explications ne sont pas exclusives l'une de l'autre et peuvent chacune contribuer à rendre compte des remplois dans ce monument. Certains auteurs ont suggéré que la partie inférieure de l'édifice remontait en fait à un monument antérieur, probablement de l'époque d'Hadrien plutôt qu'à la construction du IVe siècle. L'idéal tactile au contraire tend à faire de chaque forme architecturale, picturale ou sculpturale une forme auto-suffisante, disconti¬ nue, qui n'empiète ni n'interagit avec les formes qui l'entourent et qui reste aussi indépendante que possible de l'activité projective du spectateur. Il fut placé près du Colisée et de la Meta Sudans, Constantin voulant associer son règne à celui de la dynastie flavienne qui avait érigé ces monuments[1]. J.-C. pour commémorer la victoire de son frère Titus sur les révoltes juives commencées en 66 ap. De la même époque sont les deux grands panneaux (3 mètres de haut) qui ornent les petits côtés de l'attique et représentent des scènes des guerres de Dacie. L'arc chevauche la Via Triumphalis, la route prise par les empereurs lorsqu'ils entrent dans la cité pour célébrer leur triomphe. Les reliefs des écoinçons, comme ceux des bases des colonnes, datent de l'époque constantinienne. DOI : https://doi.org/10.3406/1895.1997.1229, www.persee.fr/doc/1895_0769-0959_1997_hos_1_1_1229. Les écoinçons de l'arc central sont décorés de reliefs de Victoire portant un trophée, tandis que ceux des arcs secondaires présentent des personnifications de fleuves. À partir du iie siècle avant J.-C., certaines … Chaque façade est flanquée de quatre colonnes corinthiennes supportant l’entablement dominé par l’attique, avec au centre de celui-ci la même inscription de chaque côté, dédiée par le sénat romain Constantin et à sa victoire sur le « tyran ». [ Dans Die spàtromische Kunstindustrie, Riegl oppose la conception tac¬ tile (ou haptique ) à la conception visuelle (ou optique ) des œuvres et analyse la manière dont se constitue, tout au long de l'Antiquité, une spa-tialité spécifiquement tactile. La signification de l'arc de triomphe s'explique par la plus ancienne religion romaine de la guerre ; à l'issue des campagnes, on faisait passer les guerriers sous une porte magique, pour les décharger des énergies destructrices qu'ils portaient en eux et qui auraient été dangereuses pour leurs compatriotes. Vous trouvez les informations permettant d'identifier l'œuvre à laquelle se rapporte l'image (niveau d'attribution, nom de l'artiste, école, titre, numéro d'inventaire, fonds, localisation, titre de l'album, numéro de folio, extension du numéro de folio et situation dans l'album). n'importe quels mots Néanmoins, les reliefs de la colonne Antonine et ceux des panneaux auréliens de l'arc de Constantin sont encore l'œuvre de maîtres de haut niveau […] Tuttavia i rilievi della colonna Antonina e quelli dei pannelli aureliani dell'arco di Costantino sono … Il fut construit par le Sénat romain pour commémorer à la fois la victoire de Constantin au Pont Milvius contre Maxence le 28 octobre 312 ainsi que ses 10 années de pouvoir. Ils évoquent l'image du dirigeant pieux et victorieux. L'utilisation de ces remplois est également expliquée par la rapidité de construction de l'arc, commencée à la fin de 313 au plus tôt, et achevée pour l'inauguration à l'été 315 : c'est faute du temps nécessaire pour sculpter de nouveaux reliefs que les architectes auraient réutilisé des pièces existantes. Ces huit statues en marbre pavo-nazetto représentent des rois captifs. Au sommet de chacune des huit colonnes encadrant les baies se trouve une statue de prisonnier dace, probablement prise au forum de Trajan. Télécharger cette image : Italie, Rome, l'arc de Constantin, bas-relief détail - EDX74W depuis la bibliothèque d’Alamy parmi des millions de photos, illustrations et vecteurs en haute résolution. Il commémore la victoire du pont Milvius où Constantin a battu son rival Maxence. Les bases des colonnes sont ornées, de face, par des victoires, et sur les côtés par des captifs barbares et des soldats romains. Canaletto, peintre vénitien de vedute le représente encore en ruine en 1742. Au Moyen Âge, l'Arc de Constantin est incorporé dans une des forteresses familiales de Rome. L'idéal optique suppose une continuité entre les figures à l'intérieur du plan et trouve son expression achevée dans l'illu¬ sionnisme pictural.